Chrétiens persécutés… Pourquoi ?

11 mars 2019

Les 24 et 25 mars, nous recevrons l’ONG Portes Ouvertes, qui œuvre au service de nos frères et sœurs aujourd’hui persécutés à cause de leur foi en Jésus-Christ, et de leur fidélité à Jésus-Christ.

Pourquoi ces deux jours avec Portes Ou­vertes ?

D’abord, pour comprendre. Com­prendre pourquoi. Pourquoi cette vio­lence contre l’Église, comme elle s’est abattue contre Jésus lui-même..? Pour­tant, n’est-il pas le Dieu qui offre tout à tous, qui s’offre lui-même pour le salut de tous, sans aucune considération de mérite ou d’origine ? Quiconque croit en moi reçoit tout de moi, dit Jé­sus. La vie éternelle !     Jean 3.16

Oui, Jésus-Christ est bien ce Dieu là. Le sauveur du monde. Le sauveur pour tout le monde. Et c’est en raison de cela, pré­cisément, que les hommes le rejettent. Parce que Jésus-Christ est le Dieu qui s’offre à tous, il a été crucifié par tous. Par les juifs et les païens, par le Sanhédrin et par Pi­late. Et si, aujourd’hui encore, Jésus-Christ est persécuté, à travers son Église, c’est parce qu’il est le Dieu qui s’offre à tous. Qui offre tout à tous.

Et les hommes ne veulent pas d’un Dieu qui s’offre à tous. Cela peut sembler curieux ; c’est pour­tant logique. Si les hommes ne veulent-ils pas du Dieu pour tous, c’est parce qu’ils veulent un dieu pour eux. Pour leur fa­mille, leur tribu, leur nation… Et pourquoi les hommes veu­lent-ils un tel dieu ? Parce qu’ils ont peur. Peur de la mort, de ses violences, de ses souffrances…

Cela a commencé lorsque le serpent a détourné Adam et Eve de la volonté de Dieu, pour les livrer au péché et à la mort… Depuis, les hommes ont peur. Peur de souffrir et de mourir. Et la peur a fait d’eux des adversaires, craintifs et agressifs. C’est l’histoire d’Abel et Caïn, l’histoire du péché.    Ge 3-4

C’est pourquoi les hommes veulent un dieu, ou des dieux – c’est encore mieux – qui les protègent de tout ce que la na­ture et les autres hommes pourraient leur infliger. Et mieux encore : des dieux qui leur assurent la do­mination sur la nature et sur les autres, des dieux magiques. Dominer son prochain, n’est-ce pas la meilleure façon d’en être pro­tégé et de s’assurer les ressources né­cessaires ? « Si tu veux la paix, prépare la guerre », disent les hommes … Jésus ne dit pas cela.

Et c’est pourquoi les hommes qui ont peur rejettent Jésus, rejet­tent ce Dieu qui les appelle à partager au lieu de posséder, à servir au lieu de dominer ; ce Dieu qui offre la vie éter­nelle on ne sait où au lieu de la richesse et de la puissance ici-bas, ce Dieu qui se laisse mettre à mort au lieu de consumer ses adversaires ! Oui, ce Dieu et ses dis­ciples doivent être éliminés, parce qu’ils sont un blasphème contre le vrai dieu, celui qui donne à ses adorateurs la domination tant con­voitée…

De cela Jésus a prévenu ses apôtres : L’heure vient où quiconque vous fera mourir pensera rendre un culte à Dieu… Dont acte !     Jean 16.4

Voilà qui peut nous sembler étrange, tant nous aimons Jésus et tant ce qu’il nous a offert nous est précieux. Et pourtant… Nous-mêmes, souvenons-nous du jour où il nous a appelés à lui, où son appel nous a convertis de la peur à la paix, à l’amour de notre pro­chain… de notre ennemi ! N’a-t-il pas fallu toute l’autorité de Dieu pour nous con­vaincre de le suivre ? N’étions-nous pas auparavant de ceux qui rejettent Jésus, la folie de Dieu ?   1 Co 1..17-31

C’est pourquoi ces deux jours avec Portes Ouvertes ne seront pas pour nous lamenter de ces persécutions, ni protes­ter contre les persécu­teurs, et encore moins réclamer contre eux quelque sanction ou riposte…  Notre foi ne peut désirer cela.

Alors pourquoi ces deux jours ? Pour nous encourager à la solidarité avec nos frères. La solidarité dans la prière, dans l’engagement, dans le soutien matériel et, pourquoi pas, dans la mission… À Dieu d’en décider.

Cela dit, notre première mission, à nous tous chrétiens, c’est de fêter Pâques. Fêter et annoncer le salut de Dieu, l’entrée dans le royaume, le commencement de la liber­té ! La liberté de prier avec nos frères pour ceux qui nous persécutent.  Pour le salut du monde.

Alors être solidaires, c’est avant tout être ensemble, en Église. Pour ceux qui meurent, Pâques est un week-end. Mais pour nous qui sommes sauvés, c’est le jour où nous proclamons, chez nous et partout, que Christ est ressuscité. Pour tous ceux qui l’ont crucifié…

Joyeuses Pâques !

—————-

 

Article publié dans le Trait d’Union de Pâques

Réagir...

Retour aux articles